Étiquette : anxiété

Blog

Des fêtes sereines grâce à la sophrologie

Pour 37% des français la perspective de noël est une source de stress

Tensions familiales, anxiété, culpabilité, stress de l’organisation… Pour bon nombre de personnes, les fêtes de fin d’année sont difficiles. Lisez l’article pour vivre des fêtes sereines grâce à la sophrologie.                                      

Des fêtes sereines grâce à la sophrologie

Noël reste une fête familiale qui met en relief les tensions déjà existantes.

Certaines personnes se sentent ainsi obligées de montrer le meilleur d’elles-mêmes et de cacher qui elles sont. D’autres vont devoir affronter le regard de leurs parents et celui des membres de la famille avec lesquels les relations ne sont pas très harmonieuses. Si l’on vient de vivre un deuil récent ou un divorce, on devra faire face à l’absence qui peut être douloureuse. Les difficultés d’ordre économique pèseront aussi davantage à cette période de l’année. Vais-je pouvoir faire autant de cadeaux que je le souhaite ? Comment cela va t-il être perçu par les autres ? Par ailleurs, la solitude des personnes sans attaches familiales est plus douloureusement vécue à l’approche des fêtes. Enfin, c’est une période de l’année où l’on se sent plus vulnérable. Il fait froid et sombre. Nous sommes plus fatigués. C’est un contexte qui rend les choses plus difficiles. Tous les thérapeutes le savent bien : Noël reste une période sensible pour leurs patients.

S’accepter tels que nous sommes et affirmer ses propres valeurs

Même si elles font fi du regard des autres pendant le reste de l’année, bon nombre de personnes ont du mal à s’émanciper de la période des fêtes qui reste marquée culturellement. Les fêtes de fin d’année sont chargées de sens car elles renvoient à un héritage familial et culturel, à l’estime de soi et à la place sociale de chacun. En sophrologie, l’une des priorités va consister à rassurer les personnes sur leurs propres compétences et à les aider à prendre du recul sur les enjeux projetés sur les fêtes. De nombreuses femmes se mettent beaucoup de pression pour que tout soit réussi, par exemple. En consultation, le sophrologue aidera à prendre de la distance. Il identifiera les attentes qui se jouent autour d’une éventuelle quête de reconnaissance qui, lorsqu’elle est projetée sur les autres, risque d’être déçue. Il pourra aussi aider une personne à s’affranchir d’un sentiment de culpabilité lié au refus de ne pas vouloir participer aux fêtes de famille, par exemple.

Il s’agit en effet d’apprendre à ne plus être conditionné par le jugement des autres, à nous accepter tels que nous sommes et à affirmer nos valeurs. Le sophrologue accompagne dans cette démarche d’acceptation de soi et de ses limites, dans cette capacité à se faire confiance et à prendre ses responsabilités, quitte à déplaire.

Evacuer le stress et se projeter positivement

Dans un second temps, la sophrologie permet d’amoindrir les effets du stress, de gérer l’anxiété et de se préparer au mieux à affronter cette période.

A partir d’exercices de détente musculaire et d’un travail sur la respiration, le sophrologue va aider à évacuer le stress et l’anxiété qui commencent souvent à se manifester dès le début du mois de décembre. La personne pourra refaire les exercices chez elle ou lors des fêtes pour gérer les tensions et les émotions difficiles qui peuvent survenir. Grâce à la visualisation, le sophrologue va aider à se projeter positivement, sans créer un film idéal, mais en imaginant ce qui pourrait se passer au mieux, compte tenu du contexte personnel de chacun. Il proposera de visualiser un repas de famille dans lequel la personne s’exprime avec aisance et sans tension, par exemple. S’il y a eu un traumatisme antérieur, le thérapeute pourra proposer de visualiser la scène pour se remémorer ce qui s’est mal passé en envisageant cette fois une issue différente Ce travail permet de renforcer le sentiment de sécurité intérieure et d’apporter un apaisement émotionnel. Enfin, rappelons qu’il n’existe pas de fatalité et que c’est à chacun d’écrire Noël comme il le souhaite. Malgré une histoire familiale difficile, il est toujours possible que les fêtes de fin d’année deviennent des moments agréables de joie et de partage.

Retrouver l’article complet de Catherine Aliotta dans le journal des femmes :

http://sante.journaldesfemmes.com/expert/63043/apprehender-sereinement-la-periode-des-fetes-grace-a-la-sophrologie.shtml

 

bien-être par les arbres Blog

Sylvothérapie, le bien-être au pied de mon arbre

Vous le faites peut-être déjà spontanément parce que vous avez remarqué que cela vous faisait du bien, vous procurait du bien-être… Se balader en forêt, ou  marcher pieds-nus dans l’herbe ou dans la terre, ou encore s’allonger dans un champ au soleil un petit moment, en fermant les yeux et en écoutant bourdonner la vie…

Et si ce sentiment de bien-être procuré par une balade en forêt n’était pas qu’un mirage mais cachait de véritables vertus physiologiques et thérapeutiques ! C’est en tout cas ce que prône la sylvothérapie ! Zoom sur une thérapie qui connaît un succès croissant.

 Selon Wikipédia , la sylvothérapie est un « mode de soin qui consiste à installer certains convalescents ou malades (victimes de maladies pulmonaires en général) dans certaines forêts pour leur offrir un air plus sain ».

Les cures sylvathiques sont un classique thérapeutique développé dès le 19e siècle dans certains pays nordiques et au Japon. Au pays du Soleil-Levant, les « bains de forêt » sont d’ailleurs une véritable institution. A deux pas de la capitale nippone sur-polluée, la préfecture de Tokyo parraine le sentier de sylvothérapie du parc d’Hinoara.

Au bout de 20 petites minutes de marche au milieu des eucalyptus, on conclut son parcours en beauté par un bain dans les sources thermales d’eau chaude de Kazuma. Et hop un maximum de bien-être!

bien-être par les arbres

Le vert qui guérit ou le bien-être par les arbres

Le parfum des arbres, les sons de la forêt, la sensation qu’apporte le soleil filtrant au travers des feuilles sont autant de facteurs menant au calme et à l’apaisement.
Des études ont démontré que le sang de personnes ayant marché dans les bois contenait un taux de cortisol (hormone de stress) beaucoup plus bas que celui de personnes ayant couvert la même distance en ville.
De même, la tonalité verte de l’environnement semble favoriser la guérison.
Ainsi les patients guériraient plus vite quand leur chambre donne sur un espace vert. Ils auraient moins de nausées et moins besoin d’analgésiques.
En forêt, les bienfaits de la marche sont décuplés. Ils ralentissement le rythme cardiaque, abaissent la tension artérielle.

Des tests psychologiques ont permis de mesurer les variations de l’humeur de sujets suite à une balade en forêt. Il a ainsi été démontré au Japon, que la marche en forêt augmentait les scores sur l’échelle de la « vigueur » des sujets, tout en diminuant ceux de l’anxiété, de la dépression ou encore de la colère.

Moins de microbes sur les Champs Elysées que sur les Grands Boulevards !

Les études du chercheur Georges Plaisance (années 1980), démontraient que l’air forestier contenait 50 microbes par m³ d’air en forêt littorale, contre 1 000 dans le parc Montsouris de Paris, 88 000 sur les Champs-Élysées, 575 000 sur les grands boulevards et 4 000 000 dans les grands magasins !

La forêt bénéficie d’un microclimat aux courbes de températures plus douces (effet tampon de la forêt), d’un air enrichi en dioxygène natif : trois fois plus de dioxygène produit par la forêt tempérée qu’en prairie.

Quelques conseils pratiques pour les non initiés, mêmes conseils que nous retrouvons en sophrologie !

– Marcher pieds nus dans l’herbe, un geste simple et agréable qui permet de faire circuler l’énergie dans tout le corps
– S’allonger sur le dos, dans l’herbe, prendre conscience que tout notre corps est en contact avec le sol, avec l’énergie de la terre. On laisse ses yeux se promener dans le ciel, la cime des arbres… en se concentrant sur notre respiration. Puis, on ferme ses yeux et on respire amplement plusieurs fois : séance de relaxation garantie !
– S’adosser à un arbre, on inspire en imaginant que toute la force de l’arbre pénètre notre bassin, et remonte le long de la colonne vertébrale. On souffle en laissant cette énergie se diffuser en nous.

Je ne sais pas ce que vous avez prévu ce week-end, moi direction le vert, l’oxygène, le bien-être à m’en remplir les poumons!

https://www.gotokyo.org/fr/tourists/topics_event/topics/110501/1.html

http://www.tourmag.com/La-sylvotherapie-ou-comment-se-ressourcer-dans-un-bain-de-foret_a69202.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvoth%C3%A9rapie